Accueil > Ecologie, sujets autour des cabanes et habitats ruraux. > Transition énergétique : Les cabanes de la révolte

31 août 2017     dernière mise à jour : 3 septembre 2017     Les Cabanes     0 messages etour rubrique Ecologie, sujets autour des cabanes et habitats ruraux.


Transition énergétique : Les cabanes de la révolte

Nous avons mené une enquête parmi d’autres sur la transition énergétique notamment sur des régions qui ont ouvert grand la boîte de Pandore. Mais qu’en est il de ces parcs éoliens et de ces renforcements tout azimuts des réseaux RTE ? Cela va t’il contribuer réellement à fermer des centrales nucléaires ? Feissenheim probablement pour le geste et l’ancienneté mais les autres ? C’est la véritable question puisque sur un point de vue production, à contrario de l’Allemagne nous utilisons peu de centrales thermiques non nucléaires (charbon...) en dehors des périodes de pointes (soit 2.5% de notre production) et nous exportons déjà 15% de notre production soit 3,5 fois plus que ce produisent les 7000 éoliennes Françaises.

Été difficile sur le Larzac : les premières éoliennes sont en train de s’ériger aux extrémités de la zone fraichement estampillée UNESCO alors que la pyrale du buis passe à l’orange toutes les collines vierges et les buissons sont dévastés comme par le souffle d’une radiation prémonitoire.

 L’Amassada, les cabanes de la lutte dans le territoire vierge des Raspes

Plus loin dans la vallée sauvage du Tarn à l’ouest du viaduc de Millau (la rivière passe dans le département de l’Aveyron), une bataille, un baroud d’honneur, se prépare dans un calme et une sorte d’équanimité. Çà et là on s’affaire à bâtir, à ériger, à se réunir sous un chapiteau pour parler en toute bienveillance des semences à travailler, des différents types de tomates, et bien sur comment potager en bio. On y construit des habitats différents pour prouver que les maisons alternatives ont un faible impact écologique et sont très peux couteuses en énergie. Plus loin, un mat dominant une armature pilotis en bois, la radio pirate émet sur 101.1 FM. 

affiche Amassada

Cabane en paille, tipi, halles en armature bois, buvettes, chapiteau de cirque. L’Amassada (12), c’est le lieu de résistance d’un village contre le projet d’un super transformateur et au delà contre la prolifération plus ou moins maitrisée d’un parc éolien très dense et d’une rentabilité douteuse. Mais la transition énergétique fait foi. Difficile de lutter dans des campagnes oubliées de septembre à juin contre ces cartes de visites faussement anti nucléaire, anti réchauffement climatique, anti pollution. Pourtant les VRP du vent sont des démarcheurs aux méthodes souvent limites.

fabrication de cabanes en paille

Pollution ? Qui se soucie de l’environnement de St Victor et Melvieu (12). Au pire, on jalouserait ces Raspes où encore on peut pivoter sur ses pieds à 360° et ne rien percevoir de l’impact de l’homme connecté. Impressionnantes gorges aux falaises abruptes authentiques et sauvages, ça et là sur les contreforts, des faïsses, ou restanques, murs de pierres qui montrent une activité intense de l’homme sur ce territoire où les forêts, jusqu’aux années 50, étaient bien rares.

Aujourd’hui ces zones restent sauvages. La nature a repris le dessus, les avions de combat passent à basse altitude. Passez dans le département du Tarn à l’ouest, et la France se met à plat dans une succession de collines qui vont s’aplatir jusqu’en Normandie. La zone est propice au business anarchique : c’est une donnée reconnue. Alors il est vrai que l’on a eu Notre Dame des Landes, le barrage de Sivens, mais ici les ravages sont estampillés "écolo" donc çà parait perdu d’avance pour les agriculteurs et les riverains de l’autoroute du business de l’électricité. Qui peut comprendre loin du lieu ? Les arrogants rétorquent : "vous préféreriez une centrale nucléaire ?" Peut être bien au final.

 Les cabanes contre le bouclier écolo : Est ce vraiment écologique ?

Ecologique ? Mais Est ce vraiment au final écologique tout çà ? Je raccroche d’un long entretien avec le parc régional des Grands Causses. Très riche en échanges, où il en ressort que le travail ici a été : bien fait, à contrario d’autres régions. Il y a un Scot, un projet d’autonomie à 2030 sur un point de vue énergétique mais aussi mon interlocuteur me rapporte que le parc naturel régional a travaillé sur toutes les solutions : solaire, éolien, micro turbines, etc. pour ce challenge. Puis, nous sommes sur les cartes d’implantations au bout d’un PDF de 417 pages que nous détaillons .
Quid de l’Unesco ? Les zones concernées ne sont pas touchées, c’est l’est du PNR. Rien chez José Bovet, passé pro éolien, et ayant déserté faucheuses et champs depuis les fauteuils de la commission Européenne. Alors pas de ventilos à Montredon ? On est sous la protection probable de l’Unesco donc "not in my garden". Pour le clin d’oeil, son assistante parlementaire Mme Lacoutoure possède un éco camping financé sur une partie par RTE, loin des projets éoliens et des transfos. "L’éolien aurait crée une scission chez la conf." m’a t’on rapporté dans la vallée.
Hors si l’on consulte les archives de journaux comme le midi libre, on remarque que le PNR des Grands Causses, plus au sud, devait être protégé, mais le plat Larzac : c’était trop tentant. Alors ce sera la ferme de La Baume à Lapanouse de Cernon près de La Cavalerie qui commencera a gâcher le paysage du plateau avec 6 mats en constructions en juillet 2017, mais assez loin de la portion Unesco et de Montredon. L’Unesco protège une partie du parc et le reste, au fera au mieux. Pourquoi pas d’ailleurs.

affiche larzac

Au PNR (Parc naturel régional des Grands Causses) , on me répond gentiment que mes questions posent beaucoup de raccourcis rapides et trop faciles sur
la rentabilité des éoliennes, l’impact sur un paysage de causses -alors que "le Larzac à été lui même modelé par l’homme"-, l’autoroute de revente du courant Espagne Maghreb, et l’opportunité de cette transition énergétique à la hâte avec nos moyens actuels si tous les paysages et la vie doit trinquer. L’essentiel n’est il pas les gazes à effets de serres. Pourquoi investir dans l’éolien plutôt que de gérer le CO2 ?
Au bout du fil, on ajoute un fait que je n’ai pas encore soulevé :
Les terres rares, ces fameux composants des aimants qui tuent Chinois et Mongoles dans et autour des zones minières. Alors parlons en.

 Les terres rares, villages du cancer en Chine

Effectivement, il faut parler des matériaux de ces turbines :
« On nous donne des uniformes au début mais ils se font rapidement ronger par l’acide » m’a dit un des travailleurs dont le pantalon était couvert de brûlures d’acides sulfuriques. « On nous donne des gants et des masques. Mais les masques ne font pas grand chose. J’ai du mal à respirer après mes shifts de 12 heures. ».

Ignoré, à priori, par les Greenpeaces pro-éoliens, le WWF et consorts, c’est un désastre sanitaire et environnemental qui est fortement motivé par la course aux éoliennes.

Une éolienne de 3MW requiert 2700 kg de terres rares. Une éolienne de 5MW demande 500kg de Néodyme et 500kg de Dysprosium et plusieurs tonnes de cuivre et si on se remet dans les comptes, nos 7000 éoliennes qui représentent 3.99% de notre production électrique ont engendrée 1 900 tonnes de terres rares. Alors combien de décès déjà pour nos aimants de rotors ?
Surement plus de dégâts produits sur nos 58 réacteurs nucléaires, dans ces steppes oubliées d’Asie où tous les habitants portent un masque au quotidien. "Not in my Garden" encore une fois.

Ces extractions aux acides pour dissoudre des particules radioactives sont bel et bien une catastrophe oubliée..

Il y a des terres rares partout disponibles dans le monde et leurs utilisations est présentes dans beaucoup de produits comme les smartphones mais c’est au fin fond de la chine que les villages du cancer font 97% du boulot d’extraction avec des espérances de vie passée désormais à 40 ans avec sur le terrain des taux de radioactivité supérieures à ceux du secteur de Tchernobyl lors des rejets des matériaux dissous :
Déjà le solde écologique de l’éolien, dans l’œuf, est au passif.

 La France casse ses jouets.

Alors je réponds frontalement à mes raccourcis : est ce que l’homme à le droit en 20 ans de bousiller des paysages magnifiques, avec des éoliennes sur tous les horizons, qui flashent rouges toutes les nuits (à l’époque des GPS ultras précis). Doit il gâcher des vues bucoliques de magnifiques villages millénaires par des maisons banalisées et couteuses avec des matériaux passifs et plastiques, pas très écolos eux mêmes, mais assurement très disgracieux.Nous avons des tas de clichés photographiques de villages ardoises et lauzes massacrés en 10 ans par des villas aux crépis roses, arcades et volets plastiques. Bon, il vari que certains locaux ne veulent plus du traditionnel

La France est en train de casser son patrimoine, sans forcer, sans ambition, sans projet architectural et surtout sans élégance.

Il faut faire un test simple et touristique. Partez de la côte catalane Espagnole à 100 km sous la frontière. Passez le cap Begur remontez jusqu’à Cadaques, Puerto de la Selva et ses villages de pêcheurs à la chaux blanche aux villas intégrées vue des côtes ou de la mer et passez la frontière en longeant la côte. Arrivez sur Cerbère, Port Vendre, Banyuls et Collioure et vous sentirez immédiatement une dégradation des paysages, de l’architecture et ses murs de crépis ciment comme recommandé par les batiments de France en Languedoc et dans nos Cévennes protestantes, un manque d’harmonie comme ces cages à lapins construites dans une hâte rentable autour de Collioure, sans pousser plus loin sur les côtes de l’Occitanie avec des zones pathétiques comme Palavas et ses nouveaux bâtiments agrémentés de branches coupées, des supermarchés en bordure d’étangs. Repassez en Italie et c’est repartie sur des jolies teintes des maisons de la Riviera, sans allez jusqu’au 5 terre où l’on se retrouve hors concours, (hormis dans le Var sur les anciennes constructions). Et pourtant, nous avons tous le même matériau et des montagnes arides et escarpées. Mais ici, dans l’hexagone, c’est le profit sous toutes les étiquettes qui fait foi, et loi.
Et cela se passe aussi ainsi sur les magnifiques côtes Normandes et partout où l’on chasse d’ailleurs cabanes et mitage et où l’on bâti sans charme, sans art, à moindre frais des habitats de masses.
C’est 2000 ans d’histoire qui sous le bouclier écolo vont très vite se dégrader.

 Quid du principe de précaution et du paysage rural.

La distance limite entre une éolienne et une habitation est de 500m. Le sénat en 2015 a voté le renvoi aux 1000m, mais l’assemblée nationale a rejeté le vote et a rabaissé la distance à 500m.
Pour des raisons médicales, la Grande-Bretagne et l’Allemagne exigent une distance minimale de 1,5 km ; les États-Unis qui ne sont guère connus pour appliquer le principe de précaution, 2 km. Dixit Sudouest.fr

Le plateau du Lévezou, limitrophe au parc des Grands causses est inondé d’éoliennes, 200 prévues à terme sur la centaine présentes. Ce qui entraîne, par ailleurs de vives tensions entre ceux qui subissent nuits et jours cette pollution visuelle et sonore et ceux qui ont touché de l’argent pour vendre leurs champs.
Quant au rendement, rien n’est moins sur, il faudrait plus de vent, mais si les parcs étaient décrétés non rentables, ce serait la fin de la ruée.
Mais, il y a aussi le problème des 2000 tonnes de béton par pied, les flashs qui enlèvent l’obscurité nocturne totale pour les animaux, et polluent nos horizons autrefois paisibles, les sifflements et les bruits de moteurs. Les riverains eux, sont confrontés à des chantages qui les somment de contracter sinon ce sont les voisins mitoyens qui vont profiter des financements sur un champ qui jouxte leurs maisons avec l’impact de machines qui peuvent faire jusqu’à 200m de haut. Et au final, le patrimoine immobilier de chacun est en chute libre voire anéantit entre 500m et 1 km.
Voici un reportage édifiant pour comprendre comment les promoteurs des énergies renouvelables envahissent une région et les effets secondaires engendrés sur la zone.

EDF achète deux fois plus cher le MWh, tarif mis en place par les verts du gouvernement Jospin et Yves Cochet pendant 15 ans. Ce cadeau va provoquer la nouvelle taxe sur la facture (CSPE) et la ruée des promoteurs sur les campagnes. Sans cette taxe, les promoteurs n’auraient pas investit massivement sur cet écolo business. EDF rachètera à Paris Mouratoglou -développeur de l’éolien en France isolé dans les paradis fiscaux Luxembourgeois- une entreprise sous le nom d’ EDF énergie nouvelles beaucoup trop cher mais aux frais du contribuable. Yves Cochet regrettera toutes ces dérives.

Les parc sont vendus, revendus, des filiales naissent et tombent en liquidations, les investisseurs sont dèjà des multi-nationales polluantes dans d’autres domaines VINCI, AREVA, GDF Suez, SAMFI invest ( transport routier), ENERIA...
Ces entreprises rachètent ainsi au passage des crédits carbones (protocole de Kyoto) sans diminuer leur impact de pollution.... La taxe prélévée sur votre facture d’EDF rapporte plus de 20 milliards d’Euros et elle est redistribuée pour servir à des déploiements massifs qui vont créer des empires aux moyens plus importants que le budget d’un ministère comme celui de la culture.

Alors, je comprends enfin les employés du PNR des grands Causses, leur mission a peut être une part de sincérité puisqu’au bout de notre conversation, ils me confient que les projets ont de la chance d’avoir été ficelés ici car c’est rarement le cas et leur travail c’est de défendre ce projet pour passer de 50 à 130-140 éoliennes aux emplacements prévus. Il argumente que ce sont des situations difficilement tenables face aux projets anarchiques et dévastateurs qui ont été tentés sur les secteurs et qui dans les autres régions se règlent facilement au sein de tribunaux généralement peu compétents en matière des critères environnementaux.

C’est surement vrai. Car certaines communes et certains propriétaires se sont vues démarchés de très près, mais ont résisté. On a parlé du préfet de l’Aveyron impuissant sur le Lévezou face au rouleau compresseur des lobbys déjà implantés... La fameuse boite de Pandore.
Pourtant, ce plateau possède de nombreux lacs artificiels et des barrages qui communiquent et finissent par se jeter dans la rivière Tarn où le barrage de Pinet en bout produit l’équivalent d’une tranche de nucléaire, soit à lui seul 40% de la consommation ErDF du secteur.

Et l’argent finit par l’emporter. Une éolienne, c’est une facture de 2 à 3 millions d’Euros. Ce sont des commissions, des subventions, les sommes payés par le contribuable sur sa note ErdF (CSPE), des aides aux communes (20 000 euros accueillis avec joie à Tauriac de Camarès pour huit mats) et des dotations annuelles aux communautés de communes. Oui, c’est une manne incroyable d’argent et un nouvel Eldorado. Et parfois 6000€ pour un particulier.

  • Tauriac de Camarès : 57 électeurs 8 éoliennes 24 millions d’Euros de machines, -Castelnau Peyguerols : une quinzaine de mats, 45 millions d’Euros sur des villages aux multiples monuments historiques de 300 âmes.
  • Bouloc sur le plateau du Levezou, premier village à avoir reçu des implantions de masses : des dizaines... Et sur le Rougier et le St Affricain ce sont des dizaines d’implantations qui vont participer à une désertification encore plus importante de ces campagnes. Sur un point de vue touristique et chez les néo ruraux.
    Mais N. Hulot ne souhaitait il pas dans ses écrits une densification des hommes dans les villes ?
    Qui peut faire autant d’argent sur des territoires sauvages et autonomes désertés par les services de l’état, écoles, postes, maternités que ces multinationales qui développent ces aéro générateurs ? Même si la plupart du temps : elles sont à l’arrêt...

 Transition énergétique : mythe ou réalité ?

La promesse vague de l’été 2017 de N. Hulot des démantèlements de réacteurs est elle crédible ?
Car au final, l’autonomie en 2030 sur les grands causses, c’est bien ; Mais qui à dit qu’il y aurait moins de réacteurs nucléaires pour autant dans 12 ans ? Nicolas Hulot ? "Peut être -17 sur 58".

Il ne faut pas rêver, effet de manche mais l’énergie c’est de l’argent et un nucléaire peu polluant sur le problème de l’effet de serre tout le monde s’y est fait au final. Un démantèlement cher risque de rendre les promesses de M. Hulot irrecevables pour cause d’accroissement de consommation, d’Evéhicules et des raisons diverses dont les politiciens maitrisent la communication.
La France exporte 15% de sa production c’est presque 4 fois plus que nos 7000 éoliennes. Alors l’autosuffisance, c’est déjà un leurre. Combien de réacteurs pourrait on déjà arrêter avec ses 15% ?
RIEN ne garantit des arrêts de centrales nucléaires.

 A 50km la vallée du Thor (34) se bat contre 500 éoliennes.

Et un peu plus au sud à 50 km, c’est pareil : la vallée du Thore se bat constamment contre les projets devant atteindre les 500 mats dans le PNR du Haut Languedoc, une zone dotée d’un paysage également magnifique. Des heurts allant jusqu’au armes à feu chez les chefs de chantiers, des préfets dépassés dans l’Aveyron pour réguler les implantations, dans le dénie ailleurs :
Cela suppose un global de 1000 ventilos sur le sud Aveyron, nord Hérault et est du Tarn. Tout cela a engendré d’ores et déjà une centaine d’associations (majoritairement composées de néo ruraux donc généralement pas pro capitalistes, ni pros nucléaires ) contre le pourrissement d’un jardin ou le business de l’écologie est en train de tout défoncer sans créer d’emploi stables et où les ouvriers parlent généralement Allemand, Portugais pour du matériel Danois, Allemand.

 Le désastre éolien en Europe et dans le monde.

Depuis la crise, c’est la Crète qui est ravagée par une ouverture à la finance de l’énergie pour créer un Hub, carrefour énergétique Europe Moyen Orient pour vendre de l’électricité. un terrorisme d’état.

En Crète, expropriations tout azimuts financées par les familles. Et qui est derrière tout cela : EDF.
Tiens tiens, St Victor et Melvieu, nous voilà avec des "co-otages" en Grèce, Hub vers le moyen orient contre autoroutes vers le Maghreb dans le 12, patronné par notre chère société Française EDF et son grand véhicule RTE.

En Flandres (Belgique), on détruit les éoliennes au bout de dix ans : "Il a été convenu de recevoir des certificats écologiques verts pendant 20 ans, la durée de vie d’une turbine, mais cela sera réduit à 10 ans". Le cout est trop élevé et le rendement inintéressant.

Ces deux données ne paraissent pas être des HOAX.

Il paraitrait aussi que le bon élève Portugais de l’Europe, notamment en implantation éoliennes aurait au final confié la gestion de son parc en grande partie à une nébuleuse financière Égyptienne, faute de rendement alors que les premières éoliennes terrestres en bout de vie pourrissent sur pied en Grèce, car plus personne n’est présent pour payer le démantèlement.

Actuellement, il y aurait 14000 éoliennes qui pourrissent également aux états unis ayant perdu les pales ou bien elles tournent encore en grinçant. Elles ne sont plus connectées, plus d’écolos pour l’entretien ou pour nettoyer les plaines du Wyoming. Hoax ou pas, plusieurs sites en parlent.
Il semblerait qu’ à l’instar des systèmes pyramidaux, tant qu’il y a des installations neuves, cela booste les financiers (marges et commissions et tableaux de rendement), mais dès qu’il y a une perte de rentabilité car une éolienne non entretenue va devenir vite un produit inintéressant, cela finit par un abandon sauf peut être en Flandres. (voir ci dessus)

Dernière preuve des prévisions de revente de l’énergie en Espagne et au Maghreb , il faut la chercher dans les prévisions de réseaux de RTE.
Nous voici de retour à l’Amassada, le lieu où on prévoit ces fameux tranfos gavés de gaz à effets de serre sur 7 Ha. Qu’annonce RTE le grand manitou Français de la connection :

2017

RENFORCEMENT DE LA
TRANSFORMATION DU POSTE ST
VICTOR 225 KV
Remplacement d’un transformateur
de 100 MVA par un de 170 MVA

2020

RENFORCEMENT DE LA
TRANSFORMATION DE SUD
AVEYRON 400 KV
Installation de 2 autotransformateurs
de 600 MVA en lieu et place des appareils
de 300 MVA prévus
Décalage du projet
suite à la concertation

Au-delà de 2023

LA MÉRIDIENNE SUD -
DOUBLEMENT DE GAUDIÈRE
RUEYRES
Augmentation de la capacité
de transit et de secours mutuel
interrégional nord-sud du
réseau, et accueil de production
renouvelable
Création d’un axe double 400 kV entre les
postes existants de La Gaudière et Rueyres,

en lieu et place de la ligne simple actuelle -

voir zoom dédié

 Conclusions

Voici donc au final, une autoroute doublé de 2 lignes de 400 000V.
 plan des reseaux RTE
Est ce pour que chaque petite région devenu autonome avec ses éoliennes, ses micro barrages et ses panneaux photovoltaïques, va impliquer l’arrêt des réacteurs nucléaires ? A la vue des chiffres officiels du réseau prévu : c’est pas gagné...
Alors il est souhaitable que les Français restent objectifs et informés sur les enjeux et les points de non retours devant ces projets qui attirent de très gros prédateurs dépourvus de soucis écologiques.
D’autres axes sont à travailler, l’autosuffisance énergétique, certes. Mais alors tant d’éoliennes = tant de réacteurs fermés, immédiatement fermés. Mais personne n’a avancé un tel challenge.
Que l’on recherche à faire des produits électroniques qui durent, taxer les nouveautés et inciter les reconditionnements, produire avec moins, beaucoup moins de pesticides, ne pas laisser investir toutes les niches de commerces par la grande distribution, réunir des commissions pour définir et subventionner des permis de rénover ou construire dans la tradition environnementale. Taxer l’import de business web US et des NT pour financer les énergies renouvelables de demain :
les pistes sont nombreuses mais il est probable qu’en dehors du réchauffement climatique, nos enfants aient à évoluer très prochainement dans une France réellement défigurée par les vents de la finance.

Pour aller plus loin :

livre contre les éoliennes

  • Le document vidéo :

Merci pour vos commentaires.






Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

séjourner en cabane les annonces de cabanes le forum de l'habitat alternatif en France

Rechercher une cabane