Partage Navigateurs et replis dans les bois

jpll

Constructeur
Membre
Inscrit
4 Septembre 2018
Messages
11
Points
1
Il s'agit d'un nouveau sujet recrée à partir de la discussion sur les BADs:


Bonsoir Retrait, encore un éclairage intéressant. Evidemment, il y a tellement de scénarios possibles qu'on ne peut pas prétendre répondre à tous les cas de figures. Je te rejoins sur ce point. Une petite crise ou une moyenne peut permettre à une bad normale de résister. Mais en situation de grosses destructions des institutions, il ne faut pas rêver. Pendant la dernière guerre, le paysan qui voyait une auto chenille allemande entrer dans sa cour, pointer son canon, et demander des vivres donnait tout ce qu'il avait de visible. Le mec qui pointe un bazooka ou une 12/7 sur les murs de la ferme est certain de rentrer dans l'enceinte. Donc dans le cas de petites bandes errantes, les fusils de chasse 12 et calibre gros gibier 308, 30/30, 7/62 54R ( armes légales et faciles à se procurer sans se ruiner avec le permis ou la licence de tir) suffisent . A condition d'organiser des tours de veille et donc d'être assez nombreux. Mais à mon sens, il faut pouvoir lacher du lest au cas de perte du territoire. Avoir donc des biens visibles à céder et des bien cachés pour survivre en exterieur et éventuellement la faire à l'envers et reprendre son territoire. Le bordel quoi. En cas de très gros clash si on doit se lancer sur les routes ça peut devenir rapidement un enfer. Comme tout le monde est alors à la même enseigne, ceux qui gardent encore une éthique meurent et ceux qui deviennent des pillards survivent un peu plus longtemps... jusqu'au coup de fusil bien ajusté d'un récalcitrant ou d'un sniper. Enfin ta conclusion me concerne directement.....Tant qu'on est en bonne santé. Exacte. J'ai été très sportif, je fais encore bcp de VTT mais il ne faut pas rêver, j'ai 70 ans. Je ne battrais plus de records d'endurance dans des conditions de survie extrême. Pour toutes ces raisons, je considère que ma Bad est surtout un havre de paix ou il fait bon vivre en harmonie avec la nature. On mange sainement, on est autonome , la cadre est très joli, les amis sont sympa. Bref, tant que la machine ne se dérèglera pas trop, c'est un endroit génial. Contrairement à ce que disent les détracteurs du survivalisme, anticiper comme nous le faisons tout un tas de solutions pour être capable de se débrouiller sans les institutions n'est pas du tout générateur d'angoisse mais au contraire très apaisant. Quand on dit à quelqu'un comment on a organisé notre vie, on génère chez lui de l'angoisse parce qu'il n'entend que la première partie du message; " en cas d'effondrement du système....." il n'entend jamais la fin du message: " c'est cool de savoir qu'on a des réserves, des puits, des poules, du poisson, qu'on a pas a se priver de nourriture ou si peu que le confinement aurait pu durer un an sans rien changer à notre mode de vie. En fait il y a derrière tout cela bcp plus de philosophie qu'on l'imagine. Etre libre de ses choix quotidien est un luxe inimaginable. On se dit: tant que ça dure, profitons en. C'est certainement bcp plus fort que l'idée de survivre à tout prix. Par exemple, c'est clair pour mon épouse et moi même, je n'aimerai pas vivre dans un monde post apocalyptique à la Mad max. Je ne vois pas l'intéret puisque j'aime vivre dans la joie et l'humour et que tout cela semble condamné dans tous les scénarios post apocalyptiques. Donc ok pour essayer de survivre, mais surtout pour ne pas être un mouton, pire, un mougeon (mi mouton, mi pigeon) en quelque sorte, plus par fierté d'être un homme debout que par obsession de ne pas mourir.
 
Dernière édition par un modérateur:

CabanesRedac

Modérateur
Membre du personnel
Modérateur
Inscrit
28 Mai 2007
Messages
969
Points
25
Localité
12 et 974
Site web
www.les-cabanes.com

Salut @jpll , @retrait et @Pilou.

Comme quoi le bateau mène souvent à la campagne. J’ai fait 15 ans de vie à bord et au port, mais je ne me suis pas hasardé au-delà des Antilles (et j'étais jeune), car après on sait que la mer s’arrête et qu’il y a des dragons et qu’on peut tomber dans le vide. mr Green
Disons que avoir un bateau dans le Pacifique, ça nécessite d’avoir une route retour relativement longue.

Et à l’époque il y avait toujours les pour et les contre d’avoir un fusil à bord. Même si c’était la Casamance.
Quoi que j’ai un copain qui est reparti dans ces coins là et à priori les gens s’arrêtent plutôt au Cap-Vert actuellement qu’en Afrique de l’Ouest. A priori y’a même plus personne malgré des infrastructures construites pour accueillir les plaisanciers. Mindelo doit dépasser le milliers de bateaux. Il m’a dit: garde les souvenirs que tu as eu à l’époque des Antilles.
Je suis hors sujet: on pourra mettre un topic sur "l'auberge des robinsons".

Et donc quand j’ai arrêté le bateau, j’ai fait de la rénovation dans les bois et cela aboutit à la création de ce site.
Donc c’est sympa de nous faire part de ses textes intéressants. et de la bouteille que l'on a accumulé. Alors je prends mon gsm et je passe un peu de temps à dicter des posts ici.

Oui les gens sont souvent au dépourvu concernant la mise en place de lieu de survie. La première chose et je suis entièrement d’accord avec toi sur les autres points c’est que peu de personnes ont des coins reculés. Donc c'est embivalent de statuer sur cette option.
L’idéal du repli demeure la campagne c’est sur. Il y a des endroits très sauvages. Notamment chez moi. Cela dit avec les satellites, on reste quand même détectable. Il faut cinq minutes pour repérer tout ce qui est isolé sur un rayon de 50 km.
Mais intellectuellement c’est, comme tu le dis, très apaisant. Car on survit mieux des ondes des 4 et 5G, du brouhaha ambiant, des nouvelles que le vent nous amène dans un sens et quand il tourne qu’il nous en balance dans l’autre sens. Et comme lorsque l’on dépasse les 21 jours de mer, il arrive un moment, lorsque l’on est dans les bois et dans sa cabane, on a plus très envie de rejoindre la civilisation.
Il y a 20 ans quand je me suis investi dans ce type d’endroit, je le faisais surtout comme ça a été spécifié par un membre, dans un contexte de survie sociale.
En effet je me disais que là où j’étais, en cas de problème j’aurai un chez moi, de quoi faire un petit peu de location de cabane, (malgré qu'actuellement, c’est un sport national, et j'en ai une part de responsabilité), et de quoi subvenir en partie à mes besoins alimentaires. En tout cas avec un minimum vital que l’État-providence peut nous donner lors d’un dénuement total, j’étais paré éventuellement et ma descendance aussi.
J'étais tranquille de ce côté là.
Oui en France on peut souffler, toucher un minima et vivre avec 450€ de charges foncières et 300€ de police d'assurance. Le tout étant la mise de départ qui pour moi se compte sur une moyenne de 20 000€
Puis les temps ont changé, on a moins peur de l’arme atomique que du réchauffement climatique et du désordre social. D'ou les BAD et alors qu'on pourrait parler de compteur MSv et de combis pour survivre sous les passages de nuages.

Merci donc, c’est vrai que l’on peut émettre des sujets sur ce forum c’est plus lisible et cela reste plus longtemps que 300 commentaires sur une vidéo YouTube. Donc après cette entrée en matière: un petite astuce d'une ligne.
Je pensais par exemple à quelqu’un qui avait enfoui 4 jerrycan de gasoil, pour avoir 80 l et rejoindre à au besoin le sud de l’Espagne. Je pensais que dans ce sud, il y a des ports et dans les ports il y a des bateaux qui n'attendent que quitter leur panne. Direction l'alizé.
 
Dernière édition:

jpll

Constructeur
Membre
Inscrit
4 Septembre 2018
Messages
11
Points
1

Salut @jpll , @retrait et @Pilou.

Comme quoi le bateau mène souvent à la campagne. J’ai fait 15 ans de vie à bord et au port, mais je ne me suis pas hasardé au-delà des Antilles (et j'étais jeune), car après on sait que la mer s’arrête et qu’il y a des dragons et qu’on peut tomber dans le vide. mr Green
Disons que avoir un bateau dans le Pacifique, ça nécessite d’avoir une route retour relativement longue.

Et à l’époque il y avait toujours les pour et les contre d’avoir un fusil à bord. Même si c’était la Casamance.
Quoi que j’ai un copain qui est reparti dans ces coins là et à priori les gens s’arrêtent plutôt au Cap-Vert actuellement qu’en Afrique de l’Ouest. A priori y’a même plus personne malgré des infrastructures construites pour accueillir les plaisanciers. Mindelo doit dépasser le milliers de bateaux. Il m’a dit: garde les souvenirs que tu as eu à l’époque des Antilles.
Je suis hors sujet: on pourra mettre un topic sur "l'auberge des robinsons".

Et donc quand j’ai arrêté le bateau, j’ai fait de la rénovation dans les bois et cela aboutit à la création de ce site.
Donc c’est sympa de nous faire part de ses textes intéressants. et de la bouteille que l'on a accumulé. Alors je prends mon gsm et je passe un peu de temps à dicter des posts ici.

Oui les gens sont souvent au dépourvu concernant la mise en place de lieu de survie. La première chose et je suis entièrement d’accord avec toi sur les autres points c’est que peu de personnes ont des coins reculés. Donc c'est embivalent de statuer sur cette option.
L’idéal du repli demeure la campagne c’est sur. Il y a des endroits très sauvages. Notamment chez moi. Cela dit avec les satellites, on reste quand même détectable. Il faut cinq minutes pour repérer tout ce qui est isolé sur un rayon de 50 km.
Mais intellectuellement c’est, comme tu le dis, très apaisant. Car on survit mieux des ondes des 4 et 5G, du brouhaha ambiant, des nouvelles que le vent nous amène dans un sens et quand il tourne qu’il nous en balance dans l’autre sens. Et comme lorsque l’on dépasse les 21 jours de mer, il arrive un moment, lorsque l’on est dans les bois et dans sa cabane, on a plus très envie de rejoindre la civilisation.
Il y a 20 ans quand je me suis investi dans ce type d’endroit, je le faisais surtout comme ça a été spécifié par un membre, dans un contexte de survie sociale.
En effet je me disais que là où j’étais, en cas de problème j’aurai un chez moi, de quoi faire un petit peu de location de cabane, (malgré qu'actuellement, c’est un sport national, et j'en ai une part de responsabilité), et de quoi subvenir en partie à mes besoins alimentaires. En tout cas avec un minimum vital que l’État-providence peut nous donner lors d’un dénuement total, j’étais paré éventuellement et ma descendance aussi.
J'étais tranquille de ce côté là.
Oui en France on peut souffler, toucher un minima et vivre avec 450€ de charges foncières et 300€ de police d'assurance. Le tout étant la mise de départ qui pour moi se compte sur une moyenne de 20 000€
Puis les temps ont changé, on a moins peur de l’arme atomique que du réchauffement climatique et du désordre social. D'ou les BAD et alors qu'on pourrait parler de compteur MSv et de combis pour survivre sous les passages de nuages.

Merci donc, c’est vrai que l’on peut émettre des sujets sur ce forum c’est plus lisible et cela reste plus longtemps que 300 commentaires sur une vidéo YouTube. Donc après cette entrée en matière: un petite astuce d'une ligne.
Je pensais par exemple à quelqu’un qui avait enfoui 4 jerrycan de gasoil, pour avoir 80 l et rejoindre à au besoin le sud de l’Espagne. Je pensais que dans ce sud, il y a des ports et dans les ports il y a des bateaux qui n'attendent que quitter leur panne. Direction l'alizé.

Salut @jpll , @retrait et @Pilou.

Comme quoi le bateau mène souvent à la campagne. J’ai fait 15 ans de vie à bord et au port, mais je ne me suis pas hasardé au-delà des Antilles (et j'étais jeune), car après on sait que la mer s’arrête et qu’il y a des dragons et qu’on peut tomber dans le vide. mr Green
Disons que avoir un bateau dans le Pacifique, ça nécessite d’avoir une route retour relativement longue.

Et à l’époque il y avait toujours les pour et les contre d’avoir un fusil à bord. Même si c’était la Casamance.
Quoi que j’ai un copain qui est reparti dans ces coins là et à priori les gens s’arrêtent plutôt au Cap-Vert actuellement qu’en Afrique de l’Ouest. A priori y’a même plus personne malgré des infrastructures construites pour accueillir les plaisanciers. Mindelo doit dépasser le milliers de bateaux. Il m’a dit: garde les souvenirs que tu as eu à l’époque des Antilles.
Je suis hors sujet: on pourra mettre un topic sur "l'auberge des robinsons".

Et donc quand j’ai arrêté le bateau, j’ai fait de la rénovation dans les bois et cela aboutit à la création de ce site.
Donc c’est sympa de nous faire part de ses textes intéressants. et de la bouteille que l'on a accumulé. Alors je prends mon gsm et je passe un peu de temps à dicter des posts ici.

Oui les gens sont souvent au dépourvu concernant la mise en place de lieu de survie. La première chose et je suis entièrement d’accord avec toi sur les autres points c’est que peu de personnes ont des coins reculés. Donc c'est embivalent de statuer sur cette option.
L’idéal du repli demeure la campagne c’est sur. Il y a des endroits très sauvages. Notamment chez moi. Cela dit avec les satellites, on reste quand même détectable. Il faut cinq minutes pour repérer tout ce qui est isolé sur un rayon de 50 km.
Mais intellectuellement c’est, comme tu le dis, très apaisant. Car on survit mieux des ondes des 4 et 5G, du brouhaha ambiant, des nouvelles que le vent nous amène dans un sens et quand il tourne qu’il nous en balance dans l’autre sens. Et comme lorsque l’on dépasse les 21 jours de mer, il arrive un moment, lorsque l’on est dans les bois et dans sa cabane, on a plus très envie de rejoindre la civilisation.
Il y a 20 ans quand je me suis investi dans ce type d’endroit, je le faisais surtout comme ça a été spécifié par un membre, dans un contexte de survie sociale.
En effet je me disais que là où j’étais, en cas de problème j’aurai un chez moi, de quoi faire un petit peu de location de cabane, (malgré qu'actuellement, c’est un sport national, et j'en ai une part de responsabilité), et de quoi subvenir en partie à mes besoins alimentaires. En tout cas avec un minimum vital que l’État-providence peut nous donner lors d’un dénuement total, j’étais paré éventuellement et ma descendance aussi.
J'étais tranquille de ce côté là.
Oui en France on peut souffler, toucher un minima et vivre avec 450€ de charges foncières et 300€ de police d'assurance. Le tout étant la mise de départ qui pour moi se compte sur une moyenne de 20 000€
Puis les temps ont changé, on a moins peur de l’arme atomique que du réchauffement climatique et du désordre social. D'ou les BAD et alors qu'on pourrait parler de compteur MSv et de combis pour survivre sous les passages de nuages.

Merci donc, c’est vrai que l’on peut émettre des sujets sur ce forum c’est plus lisible et cela reste plus longtemps que 300 commentaires sur une vidéo YouTube. Donc après cette entrée en matière: un petite astuce d'une ligne.
Je pensais par exemple à quelqu’un qui avait enfoui 4 jerrycan de gasoil, pour avoir 80 l et rejoindre à au besoin le sud de l’Espagne. Je pensais que dans ce sud, il y a des ports et dans les ports il y a des bateaux qui n'attendent que quitter leur panne. Direction l'alizé.
 

jpll

Constructeur
Membre
Inscrit
4 Septembre 2018
Messages
11
Points
1
Bonsoir Cabane redac, Retrait, Pilou,
Un sourire malicieux aux navigateurs. ça ne m'étonne pas qu'on se retrouve avec nos besoins de campagne, de place, de tranquillité
Le Sahara fascine tout autant les marins. J'ai bien ri à l'allusion du cap des 21 jours de mer qui nous coupent l'envie de toucher terre. C'est du vécu. 21 jour =transat sur un voilier de 12m. LOL. Moi j'ai fait quasi une dépression après 45 jours au près sans escale. (Montévidéo Abidjan.) je voulais repartir dès le lendemain. LOL. Heureusement, ma petite fille de 4 ans et sa maman m'en ont empêché. La longue traversée du Pacifique est moins dure car il y a des Iles partout. L'Indien est moins drôle car pour éviter les archipels touristiques, j'ai visé les Chagos et les Américains y règnent en maître. J'ai regretté la législation compliqué de l'Asie pour un voilier car sa population est fantastique.
Désolé pour ce hors sujet mais la passion des marins devrait pardonner cet écart . Pour ceux que ça intéresse, Tapez Goélette Europe sur le net, ou Wikipédia et vous y verrez mon ancien navire. (ne criez pas: oh il est riche. J'ai eu l'épave de cette goélette de 23m de 1926 pour 1 franc symbolique et j'ai absolument tout reconstruit, puis je l'ai exploité 20 ans en charter autour du monde)
Autre point commun: j'ai, pour compléter ma petite retraite, construit un chalet sur pilotis au bord de l'étang. Il est loué sur Airbnb sous la rubrique "Chalet sur pilotis au bord d'un étang" Décidément , les marins raisonnent de la même façon. Lol
Enfin, nous entrons dans les considérations relatives aux BAD. J'aurai bien aimé me cacher loin de tout, mais après réflexion, l'échéance d'un effondrement étant difficile à prévoir, nous avons opté pour un habitat à la campagne mais pas très éloigné d'une petite ville. Il faut reconnaitre que pour les approvisionnements de matériel c'était bien pratique. (nous avons acheté des ruines, c'est ma spécialité. LOL). En cas d'effondrement, J'imagine que la pénurie d'essence pourrait rendre les déplacements compliqués pour des bandes errantes. j'imagine aussi que la proximité des voisins pourrait permettre une organisation de veille intéressante . L'idée de cacher des bidons de carburant est bonne mais à la réflexion, la première chose qui est coupée, ce sont les ponts. Donc l'évacuation à pieds avec une petite remorque légère et 2 sacs à dos me semble plus discrète et durable. sauf en cas de souci avec une centrale nucléaire ou la voiture reprend ses droits. Enfin, j'ai en tête le souvenir du navigateur Alain Gerbault qui se baladait en voilier dans l'atlantique au début de la dernière guerre et qui avait été carrément arraisonné par les Allemands. Aucun bateau ne circule librement en temps de guerre. Il reste aussi le facteur chance, le karma. Pour moi, se laisser porter avec lucidité est plus ludique et efficace que l'obsession de tout, absolument tout maitriser. J'ai démâté en mer de chine et j'étais content d'avoir prévu des jumelles en inox et du bois pour renforcer un espart. Il n'empêche qu'à cet endroit là ( Est de Bornéo) , nous avions bcp de chances de tomber sur des pirates. Et pourtant, la tempête qui à cassé mon mat de misaine les a aussi empêché de partir en maraude. On a vu personne pendant les deux jours nécéssaires à la réparation. C'est difficile, j'en conviens. Ne pas être naîf, ne pas être parano, ne pas être angoissé, ne pas oublier avant tout: Carpe diem
 

CabanesRedac

Modérateur
Membre du personnel
Modérateur
Inscrit
28 Mai 2007
Messages
969
Points
25
Localité
12 et 974
Site web
www.les-cabanes.com
Bonsoir @jpll @Pilou @retrait

Ouais, je naviguais feux éteints. Je sais c'est imbécile, mais j'aimais ne pas être vu. Tant que je veillais... Par contre j'avais un maxi oscar, une longue portée de rallye que je braquais sur les cargos qui me rattrapaient. Les mecs sur les passerelles de rafiots du Libéria ou du Sierra Leone ne répondait pas sur le 16; tant que tu disais pas que tout était ok à bord (et que tu n'avais pas envie de détangonner dans une mer formée pour imaginer s'il allait te passer à gauche, à droite ou.. au centre.)

C'était le bon temps d'Arielle Casim sur RFI qui t'annonçait une méteo sur h24, donc dur de sortir des merdiers à .5 noeuds. J'avais rencontré un allemands (après la guerre ouf! Je suis pas Gerbault) qui me disait qu'en deux tours du monde il prenait la méteo qu'à deux endroits Biscay et Lion. mr Green

J'ai un annonceur annuaire cabane qui navigue en solo sur une goelette tradi (les mats bien penchés en arrière)
 

jpll

Constructeur
Membre
Inscrit
4 Septembre 2018
Messages
11
Points
1
Bonsoir @jpll @Pilou @retrait

Ouais, je naviguais feux éteints. Je sais c'est imbécile, mais j'aimais ne pas être vu. Tant que je veillais... Par contre j'avais un maxi oscar, une longue portée de rallye que je braquais sur les cargos qui me rattrapaient. Les mecs sur les passerelles de rafiots du Libéria ou du Sierra Leone ne répondait pas sur le 16; tant que tu disais pas que tout était ok à bord (et que tu n'avais pas envie de détangonner dans une mer formée pour imaginer s'il allait te passer à gauche, à droite ou.. au centre.)

C'était le bon temps d'Arielle Casim sur RFI qui t'annonçait une méteo sur h24, donc dur de sortir des merdiers à .5 noeuds. J'avais rencontré un allemands (après la guerre ouf! Je suis pas Gerbault) qui me disait qu'en deux tours du monde il prenait la méteo qu'à deux endroits Biscay et Lion. mr Green

J'ai un annonceur annuaire cabane qui navigue en solo sur une goelette tradi (les mats bien penchés en arrière)
Bonsoir les navigateurs,
Bonne nouvelle, l'actuel propriétaire de mon ancien bateau, la goélette Europe vient de m'inviter à faire un petit tour en mer juste après la fin de ce foutu périmètre de 100km. Donc, dans quelques jours, après un break de 15 ans, je vais revoir mon Bébé et tirer quelques bords. . Je voulais juste partager ce moment d'émotion avec vous. Les marins comprendront.
La Bad se passera de moi pendant 3 jours.

"J'avais rencontré un allemands (après la guerre ouf! Je suis pas Gerbault) qui me disait qu'en deux tours du monde il prenait la méteo qu'à deux endroits Biscay et Lion. mr Green "
C'est pourtant vrai que c'est les 2 coins les plus vicieux de la planète, il avait tout compris ce gars là. LOL
 

CabanesRedac

Modérateur
Membre du personnel
Modérateur
Inscrit
28 Mai 2007
Messages
969
Points
25
Localité
12 et 974
Site web
www.les-cabanes.com
Bravo, c'est des grands moments. Un ami avec qui j'ai fait Villamoura France en retour et un tour à Minorque a racheté mon ketch après 15 ans aux mains d'un autre plaisancier.
Même s'il a changé, au bout de 1 heure, il y a 15 années qui se gomment d'une manière très étrange. Surprenant.
Je suis dessus à quai et ma vie à terre semblent ne plus trop exister.
 

aîemama

Offgrid man
Communauté des cabanes
Inscrit
2 Juin 2007
Messages
59
Points
8
Localité
Bretagne
"J'avais rencontré un allemands (après la guerre ouf! Je suis pas Gerbault) qui me disait qu'en deux tours du monde il prenait la méteo qu'à deux endroits Biscay et Lion. mr Green "
C'est pourtant vrai que c'est les 2 coins les plus vicieux de la planète, il avait tout compris ce gars là. LOL
Je ne pense que que se soit les endroits les plus vicieux mais quelques endroits parmi d'autres. Pour ceux qui ont navigués en mer d'Irlande ou dans le canal du Mozambique. Il y a des jolis récits.
 

jpll

Constructeur
Membre
Inscrit
4 Septembre 2018
Messages
11
Points
1
Oui, c'est vrai, pour etre plus précis, ce sont mais deux plus mauvais souvenirs.
 
Haut